Affaire Beljanski

LIBERTÉ MON AMOUR
BELJANSKI

  La France à NOUVEAU condamnée pour violation des Droits de l’Homme et de la liberté dans l’affaire BELJANSKI. Depuis 1996, c’est la 5e condamnation internationale de la France pour violation des Droits de l’Homme relativement à la liberté de conscience et des droits fondamentaux.

De 1996 à 2002, la France a été condamnée à plusieurs reprises par : les Etats-Unis, l’O.N.U., l’O.S.C.E. (Europe), l’O.U.A. (Afrique), et par la Cour Européenne des Droits de l’Homme (C.E.D.H.).

AFFAIRE BELJANSKI
La France condamnée une 5e fois

La Cour Européenne des Droits de l’Homme condamne la France. Par arrêt du 7 février 2002, la Cour Européenne des Droits de l’Homme a rendu la décision suivante à l’unanimité : la France a violé la Convention Européenne des Droits de l’Homme (C.E.D.H.) vis à vis de Mirko BELJANSKI ; plus spécifiquement la Cour précise que :  » Compte tenu de son âge et de son état de santé, ainsi que de l’enjeu très important du procès qui aurait dû lui permettre de se défendre « . Il convient en effet de rappeler que Mirko BELJANSKI avait développé une leucémie myéloïde aiguë dans la semaine qui a suivi la violente arrestation du 9 octobre 1996 et la mise à sac de son laboratoire par la gendarmerie. Le juge d’instruction avait sans doute pour mission de poursuivre un autre objectif que le respect des droits fondamentaux de la défense. La technique employée a consisté au contraire à détruire physiquement le laboratoire et moralement l’homme, en le menottant et en lui interdisant de s’exprimer par tous les moyens. Seule une infâme présomption de culpabilité a joué dans cette affaire. Sans doute les autorités françaises pensaient-elles pouvoir condamner cet homme sans procès, un procédé très largement employé dans les Républiques bananières.

Contre toute attente, le jugement du Tribunal de Grande Instance de Créteil énonçait que les prévenus n’ont pas rapporté la preuve de l’efficacité des produits et que cette preuve ne peut être que scientifique. Mais depuis quand la charge de la preuve incombe-t-elle aux prévenus ? Depuis quand des publications scienti-fiques internationales ne constituent pas une preuve scientifique ?


BELJANSKI BIENTÔT BLANCHI ?

Après des années de mise à l’amende, Mirko Beljanski a remporté cet hiver (2002) une victoire contre la France. Une victoire posthume. Mais Beljanski, c’est qui ? Mirko Beljanski était un chercheur français d’origine serbe. Il était indiscutablement un trouveur. Il s’est pourtant heurté pendant trente ans au rouleau compresseur du nombrilisme meurtrier de la science française.


FLÉAUX

Beljanski, le trouveur maudit, a mis au point des produits permettant de lutter de manière spécifique contre des maladies graves.
Cancer, sida, mais aussi d’autres virus, maladies auto-immunes, autant de fléaux contemporains auxquels Beljanski a tenté de trouver des remèdes. En consultant la liste des témoignages de malades présentée par l’association CIRIS – qui promeut les découvertes du chercheur – on ne peut qu’être ahuris de voir le traitement réservé à un homme qui semblait mériter des prix Nobel plutôt que des menottes.

MIS EN EXAMEN

Pourtant, en 96, c’est bien les menottes qui lui ont été attribuées, deux ans après sa mise en examen. Il est alors arrêté pour exercice illégal de la pharmacie. Pendant deux ans, c’est un Beljanski très malade qui attend son procès, espérant ainsi pouvoir démontrer la haute valeur scientifique de ses produits. Pestiféré pourtant présumé innocent, il s’éteint fin 98 sans avoir pu s’expliquer.

BÊTISE ET PARTIALITÉ

Mais depuis peu, la vapeur semble s’inverser. Le 7 février 2002, la Cour Euro-péenne des Droits de l’Homme condamne l’État français dans l’affaire  » Beljanski contre France « . Le juge d’instruction aurait dû faire preuve de diligence pour permettre à Beljanski de se défendre dans le cadre d’un  » procès équitable  » et dans un  » délai raisonnable  » et lui permettre de faire reconnaître la valeur scientifique de ses travaux.

Un procès équitable dans un délai raisonnable : voilà qui peut faire sourire ceux qui ont suivi une affaire Beljanski où la raison et l’équité ont toujours cédé le pas à la bêtise et la partialité.  » Je suis contente car la France a été tellement injuste et déloyale, nous confie Monique, l’épouse du chercheur. Cela fait plaisir qu’elle reçoive cette gifle méritée « . Une gifle qui passe pourtant inaperçue et ne fait l’objet d’aucun écho dans la presse, si ce n’est une tardive dépêche AFP. Une presse pourtant présente quand il s’agit de dénoncer de manière assez univoque Beljanski.

COMPTE VIDÉ

 » On me demande plusieurs centaines de milliers d’euros d’arriérés de TVA. Sans aucun élément, le fisc se fonde sur son intime conviction pour me demander cet argent. Je ne savais pas que c’était possible, mais je viens de recevoir le dernier avis avant saisie tandis que mon compte a été vidé. Ceux qui me rendront visite pourront bientôt s’asseoir par terre « . Tout cela ressemble à de l’acharnement judiciaire ou para-judiciaire. Pourtant, le juge de Créteil avait bien précisé qu’il n’y avait aucune infraction financière et que Beljanski ne s’était pas enrichi. La pseudo justice française a toujours autant de morgue.

Texte extrait de MOTOS (mai 2002), de Joseph Veillard et résumé par nous.


   Ces procès d’un autre âge (inquisition) se passent en France, pays qui détruit un chercheur pour avoir trouvé des remèdes efficaces et peu coûteux au sida et au cancer. PEU COÛTEUX, vous comprenez ? EFFICACES, vous saisissez ?

Voilà le crime de Beljanski :
C’est PEUX COÛTEUX et c’est EFFICACE,
Vous pourriez GUÉRIR SANS DÉPENSER.

Alors en prison !… Merci la France.

* * *

   Beljanski sur internet pour trouver ses produits en vente LIBRE aux Etats-Unis ou pour toute l’information sur ses découvertes et sur le scandale. Accès facile : taper  » Beljanski  » dans Google (ou autre moteur) ; vous trouverez plus de 20 sites.
Également www.beljanski.com et www.cancerprev.org.

L’affaire Beljanski en livres (en français) :

La santé confisquée, par Monique et Mirko Beljanski. ISBN 0-9671304-0-9
Mirko Beljanski, la fatwa scientifique, par Monique Beljanski. ISBN 0-9671304-1-7, Éditions ÉVI Liberty Corp., New York.

Contact : CIRIS 17 BP9 17550, Dolus D’Oleron, FRANCE
Tél. : 04 74 56 59 23 ou 04 74 56 58 00

   Pour les amoureux de la justice et de la liberté, voici un livre qui révèle les bases de la JUSTICE, de la CONSCIENCE et de la LIBERTÉ dans la CONSCIENCE, valeurs émergentes qui s’implantent en silence et qui seront la réalité dans notre société… Après ? … Après eux !

Le Secret de Jésus – Guérir avec rien, par Das (Jean-Pierre Beunas),
ISBN 2-9804752-8-9, éditions Nectar, 25 rue des Berges, Trois-Rivières, Québec, Canada.
Tél. : 819-801-1450.
Courriel : das@katarosnectar.com 

   Sur le site Kataros, vous trouverez d’autres articles sur les violations des Droits fondamentaux en France ainsi que de nombreux articles sur la conscience et la guérison.

Autre livre stupéfiant sur les persécutions infligées à 10 savants – dont Beljanski – en France :  » Savants maudits, chercheurs exclus « , éditions Guy Redaniel, Paris, ISBN 2-84445-457-7